Une soirée à Istanbul – Fenix et Gaspar

Une soirée à Istanbul est notre nouvelle rubrique en partenariat avec le petit journal.com, un super site d’actualité  permettant de mieux comprendre Istanbul et la Turquie.         

İl est 23 heures vendredi dernier. Après avoir pris l’aperitif chez moi à Nişantaşı nous décidons avec des amis de sortir nous détendre un peu. C’est l’heure d’aller au tout nouveau Fenix à Etiler.

À priori, Fenix, c’est le spot à la mode depuis deux semaines. Aux commandes de ce nouvel endroit branché, on retrouve Aliye et Joost Rooijman, les anciens managers du sulfureux Bird à Şişhane et créateur du restaurant bar Flamingo situé à Taksim, ainsi que Metin Fadıllıoğlu le patron d’Ulus 29. Le tout est financé par la société D.ream de Ferit Şahenk (l’homme le plus riche de Turquie), propriétaire aussi de Zuma, Nusr-Et et Masa.

Nous arrivons devant Fenix vers 23h45. L’endroit est situé à Etiler sur Nispetiye Caddesi, en face du Şamdan. Devant la porte, il y a une ribambelle de joujoux de luxe: Ferrari, Lamborghini, Bentley… À peine sortis du taxi, nous sommes accueillis par les “merhabalar sizi özlemiştik” (vous nous aviez manqué) par les portiers. En effet, la porte est la même qu’au Flamingo et qu’au Bird où nous étions des habitués. Aux vestiaires, le bon vieux Teyfik nous salue. On passe le sas de la porte d’entrée et vraiment, l’endroit est magnifique.

fenix 1

Le restaurant bar est doté de hauts plafonds de huit mètres de haut, d’un bar élégant avec un grand comptoir, d’une grande cuisine ouverte, de plantes exotiques séparant les tables, le tout superbement décoré dans un style néocolonial. Il y a aussi une grande terrasse avec des plantes qui cachent la route. Encore une autre facette de cet Istanbul si contrastée ! L’endroit est plein à craquer, peuplé d’une faune de traders, de banquiers, d’artistes et de jolies filles se déhanchant au rythme de la musique de Joost le DJ et manager néerlandais. J’aperçois Mustafa Koç entouré d’une armée de bodyguard à une des tables du fond. On se croirait dans un cocktail d’une des villas de luxe hollywoodienne des romans de Bret Easton Ellis. Le barman me conseille la Fenix margarita, une margarita infusée de gingembre. Un de mes amis est déjà dans une discussion endiablée avec une de ses connaissances. Après cinq ou six margaritas et avoir bien dansé et rigolé, nous décidons de continuer la soirée ailleurs.

La suite logique aurait été que nous nous rendions juste en face au Şamdan, mais trouvant l’ambiance et la clientèle un peu vieillottes, nous optons pour Gaspar à Karaköy.

Gaspar, c’est un endroit hybride entre le Lucca de Bebek et La Perle à Paris. C’est le nouveau repère des bobos de Cihangir et des hipsters en tous genres. Situé dans une petite rue à Karaköy, vous ne pourrez pas le manquer. Il y a toujours une soixantaine de personnes devant la porte sirotant leurs cocktails et fumant des cigarettes. Le videur ressemblant à un Hulk turc aux cheveux longs me dit de patienter deux minutes dehors car il y a trop de monde à l’intérieur, mais mon ami Can le connaît et lui fait la bise, donc on rentre. À peine entrés, alors qu’on essaye de se faufiler vers le bar (on aurait mieux fait d’attendre deux minutes), une connaissance nous prend par la main et nous emmène au fond à sa table, où nous faisons connaissance avec ses amies. Je pense qu’à ce moment-là nous sommes tous soulagés de s’être éloignés du bar, il y avait tellement de monde, c’était comme être dans le métro à l’heure de pointe avec de la musique électronique. La musique d’ailleurs est très bien, c’est de l’électro bien rythmé, ici aussi la fête bat son plein. Je commande mon premier Long Island.

Gaspar Karakoy 1

Vers 2h45, alors que je suis dehors en train de fumer une cigarette avec une des jolies filles de notre table, quelqu’un me tape sur l’épaule en hurlant mon nom. C’est un ami de la résidence de ma grand-mère à Bodrum, avec qui on se retrouvait tous les étés. Après s’être dit à combien on se manquait et présenté nos amis respectifs, on decide de fêter ces retrouvailles au bar à coup de shots. C’est le début de la fin. Je me souviens avoir parlé de combien Bodrum avait changé et était devenu élitiste et bétonnée, de la médiocrité de Galatasaray en ce moment, d’avoir un peu dansé et parlé avec le videur. Vers 4h30, ce qui reste de notre groupe voulait continuer à Fossil (un bar étudiant à 300 mètres de Gaspar doté d’une vue incroyable sur la Corne d’Or et l’embouchure du Bosphore dans la mer de Marmara). Pour moi cette superbe soirée a été un peu trop arrosée, je prends l’option de rentrer me coucher.

Pour résumer, Fenix est superbement décoré, très chic et très branché. Après le service restaurant (fusion), vers 23h-minuit l’endroit se transforme en bar à l’ambiance surchauffée. En plus d’une très riche sélection d’alcool, la maison offre aussi des cocktails originaux aux goûts bien étudiés. Je n’ai jamais vu un endroit pareil à İstanbul. Concernant le prix, un cocktail est aux alentours de 35-40 TL

Gaspar quant à lui, c’est le bar du moment à Karakoy. C’est simplement décoré, une ambiance feutrée et élégante. La clientèle est plus jeune et plus bohême que celle du Fenix et la musique est sympa. Le fait de devoir fumer à l’extérieur peut amener à faire des connaissances.
Rappellez vous, chers lecteurs, que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé ! Je vous dis au mois prochain pour une nouvelle aventure…

c1bf5ca9f69196c670dbfeec5e2ddef7_200_thumbFENİX
(0212) 265 55 88
Adresse: Nispetiye Caddesi No.79
Quartier: Etiler
Web: www.fenixistanbul.com
Midi – 2am en semaine, midi 4am les weekends, fermé les dimanches

d5b41458f5cf462b827a1738e1ffc3ce_200_thumbGASPAR
(212) 293 6660
Adresse: Müeyyeyzade Mahallesi, Necatibey Caddesi, Arapoğlan Sokak No.6
Quartier: Karaköy
10am – minuit en semaine, 10am – 4am les weekends, fermé les dimanches

 

Can pour Tooistanbul et Le Petit Journal (www.lepetitjournal.com/istanbul) jeudi 27 mars 2014

 

Pas de commentaire

Partager

Laissez votre commentaire